28 juillet 2012

La plante verte de mon grand père...

images

    Tout d'abord, je tiens à préciser, que je les aime malgrès tout et pour tout.

    Chez mon grand père, il y a plein de plantes, de fleurs, de plants de légumes et, il y a, ma grand mère...

    Ma grand mère, il y a quelques années était une personne exécrable et autoritaire avec laquelle je ne partageait absolument rien! Elle a eu 4 filles, dont ma maman. Son mari (mon papi mousot...) était routier et était donc tout le temps absent. C'est donc elle qui a élevé ses filles presque seule. Les années ont passées et mes tantes ont épousées des hommes avec des situations financières très confortables. Ce qui plaisait beaucoup plus à ma grand mère que le métier de fondeur en usine de mon papa... Bref, nous ne nous voyions jamais bien qu'habitant dans la même ville et cela arrangeait tout le monde!

    En vieillissant, je me suis dis que je ne devrais plus leurs en vouloir... Ils sont devenu vieux et je voulais que ma fille ai la chance de connaître ses arrières grands parents (ce qui ne m'était pas arrivé à moi même!)! De l'autre côté de ma famille (les soeurs de ma maman) les liens qui les unissaient ont commencés à s'éffacer petit à petit laissant mes grands parents un peu à l'abandon...

     Puis, il y a quelques années, une annonce nous retourne "un peu" le coeur... Mamie est atteinte d'alzheimer... Foudroyant disent des médecins... Précoce disent d'autres! Elle n'a que 65 ans... Les année passent, c'est de pire en pire! Les souvenirs s'éffacent, à part son numéro de sécu qui revient sans cesse et ses souvenirs d'enfance malheureuse qui la torture sans arrêt et, là, ce sentiment horrible s'empare de moi, la pitié. J'ai honte, mais j'assume. Oui j'ai pitié.

    Aujourd'hui, ma grand mère est une plante verte... Assise... Silencieuse...Portée, changée, lavée, nourrie, déplacée et "soignée" par mon grand père, ce héros! Il s'occupe sans relâche de son jardin potager et, de ma grand mère. Je suis allez les voir hier. J'en ressort plus chamboulée à chaque fois. Il n'y a plus de vie dans cette maison, juste une femme prostrée et un homme devenue aigri par ses obligations. Après 50 années de vie commune, papi ne veut pas entendre parler de maison de retraite qu'il appelle mouroir (ce qui n'est pas faux). Il s'en occupera jusqu'a ce que la mort les sépare. Ce sera la sienne, certainement, mon pauvre papi! C'est triste... Je pleurs!

    Merci de m'avoir lue.

imagesPour Blanchette...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Lalotte à 14:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires sur La plante verte de mon grand père...

    Ma p'tite Lalotte...

    J'aime toujours autant ta sincérité... et plus encore à chaque post...

    Posté par soulimili, 28 juillet 2012 à 17:40
  • Emilie! Des bisous!!

    Posté par Lalotte, 28 juillet 2012 à 17:50
  • Quel bel articles

    Mon dieu tu m'as fait monter les larmes aux yeux ! C'est vraiment une maladie horrible, pour l'avoir cotoyer je sais ce que tu peux ressentir, et je trouve le courage de ton grand père exemplaire ! Je te souhaite beaucoup de courage ! Bisouxxx

    Posté par Maman2puces, 28 juillet 2012 à 18:22
  • Oh ma pauvre... Mon grand-père a eu cette horrible maladie avant de mourir, et c'est terrible... Ma grand-mère non plus ne voulait pas entendre parler de maison de retraite, ni même d'hopital de jour qui aurait pu la soulager un jour ou deux par semaine... Ce fut très dur pour elle (et pour nous...). C'est bien que tu passes les voir de temps en temps. Ca doit egayer les journées de ton grand-père ! Courage ! Bisous.

    Posté par mon-nid, 28 juillet 2012 à 20:50
  • ton texte est touchant et j'a ide la peine pour toi. je te fais des gros bisous <3

    Posté par chanone, 28 juillet 2012 à 22:56
  • Merci pour lui les filles... C'est vrai que maintenant c'est beaucoup plus dur pour lui que pour elle. A une époque, elle captait encore un peu qu'elle était malade et là, c'était une horreur pour elle, maintenant, elle ne sait plus rien.
    Merci encore pour lui.

    Posté par Lalotte, 29 juillet 2012 à 09:43
Poster un commentaire